Recette: le poireau japonais

Voilà! C'est la deuxième meilleure chose que je préfère dans ce pays, mais avant samedi soir, je ne le savais pas encore!

Le Sento, i.e. le bain public, est un endroit fantastique et j'ai l'impression, maintenant que j'y suis allé, de comprendre un peu mieux pourquoi les Japonais peuvent travailler autant (ou du moins faire des heures de présence jusqu'à si tard, ce qui n'est quand même pas la même chose...).

Le Sento ne vous lave pas seulement le corps, il vous vide aussi complètement l'esprit.

Vous rentrez chez vous mou comme un poireau trop cuit, gardant ce qui vous reste d'énergie pour afficher un sourire fragile où celui qui n'a pas eu votre chance lira avec jalousie le chahut de toutes ces bulles et les mélodies aquatiques qui semblent vous bercer encore.

Comment faire un bon poireau à la sauce japonaise:

1. Lavez-vous d'abord sous une des douches qui entourent le bassin principal, assis sur un tabouret de préférence pour ne pas contrarier les chairs d'un effort inutile.

2. Immergez-vous dans le grand bain à 45° jusqu'à ce que vous soyez tout rouge et que vous ayez perdu tout votre jus. Pour être sûr que les dernières impurtés de fatigue physique résiduelles ne subsistent, allez vous faire secouer par toutes les bulles qui sortent de partout: jet puissant pour le dos, bulles à épaulettes d'acier tressé pour les épaules, chaise à bulles pour tout le corps et tapis de grosses bulles pour le reste. Lorsque, franchement, vous n'en pouvez plus de transpirer sous l'eau, vous êtes à point.

3. Sans trop vous laisser le temps de revenir à un état de conscience antérieur, trempez-vous dans le bain d'à côté, celui où l'eau est à 10°. Si vous n'avez jamais eu la chance de revêtir une de ces combinaisons de latex chères aux banquiers suisses, cela devrait très bien faire l'affaire.

4. Lorsque vous êtes bleu, donc à point, retournez vite dans le bain chaud en courant! Mais attention à ressortir avant d'être saignant, pensez aux autres légumes qui mijotent dans le même bouillon.

5. Ressortez en titubant, égouttez-vous, et allez vous finir dehors, dans le bassin dit de "conservation", d'une température plus humaine. Les bons jours, une pluie diluvienne vous ramènera doucement à la vie. Les autres jours, vous risquez de vous oublier dans la marmite et d'avoir une tête de papier crépon trempé pendant le reste de la semaine.

6. A servir fumant, allongé sur un lit de coton japonais préparé à l'avance et laisser reposer entre 7 et 12 heures, selon la cuisson.

(Un service de civière à domicile est disponible à la sortie du Sento, mais pensez à prévenir à l'avance, parce qu'après, c'est trop tard!)

Posts les plus consultés de ce blog

Léon Spilliaert

Nouvelle Star !

Quand Veda s'évada