Ca commence comme ça...

A rebours,
Le récit d'un voyage qui commence sur un retour.

Et comme vous les attendiez tous, voici sans plus attendre, pour faire honneur au quartier dans lequel je bosse, les charmantes, les suffocantes, les provocantes, les ridicules, les excentriques de groupes, les authentiques...SHIBUYA GALS !

Alors...Faut pas tricher, car celle-là seulement est authentique. Vous l'aurez compris : tout est dans le regard, dans la subtilité du maquillage, dans le choix des couleurs et la gravité des accesoires. Quelque chose du pyjama californien un dimanche matin à 14h00 en somme...

Shibuya est le quartier dont Lévi-Strauss s'étonnait de n'y voir personne de moins de 35 ans... Et c'était il y a un moment déjà...C'est un quartier rose à l'odeur de frites, un paradis enchanté et assourdissant où des sirènes peinturlurées vous chantent de stridentes odes au mégaphone, perchée sur des rochers de carton à l'entrée des magazins. (Vous aurez une idée de ce qui guette le marin égaré s'il se perd sur ces rivages dans "Abalevids"). Parfois, c'est pire que la mort, surtout pour les oreilles, se dit le marin qui en réchappe, mais il se marre bien quand même!

Cet îlot de bonheur fushia est à 15 minutes de Harajuku, le quartier de mon école. Et voici en quoi il se transforme quand arrive le samedi...








Oui oui, c'est vrai, il y a ce côté "Petite Maison dans la prairie", mais avec la prairie en moins, quand même, et c'est là toute la différence! J'avoue, je préfère quand même les poupées qui font non non non aux fetish Britney Spear post-désintox... Elles ont la faculté de me faire craquer... chaque vertèbre de la colonne à chaque fois que je les croise.

Un jour, promis, je vous enverrai la photo des répétitions du dernier clip des Spice Girls sur la place de Shibuya!

Posts les plus consultés de ce blog

Nouvelle Star !

Léon Spilliaert

Quand Veda s'évada