Ze good side of ze niouse

Le lendemain, presque à la même heure, alors que je sortais du studio, le téléphone a sonné.

Incroyable !

Et comme il fallait immédiatement que je dise ça à quelqu'un, j'ai croisé un ami par hasard, précisemment à ce moment-là.

En même temps, c'était pas encore gagné, mais j'avais déjà franchi la première porte... Curieux la polysémie des portes, tiens. Heureux hasard de circonstances ? Du coup je suis retourné à la Mosquée, histoire d'être sûr... Et puis après la Mosquée, je suis allé au temple acheter un gris-gris et de retour chez moi, j'ai brûlé de l'encens en lisant à l'envers les recettes d'un livre de cuisine en télougou. On n'est jamais trop prudent...

Le jour arriva, un tantinet différent des autres, où je dus me rendre au rendez-vous que le coup de téléphone magique avait scellé. Un quart d'heure de vélo plus tard, je me trouvai à l'entrée de ce bâtiment immense à la vue duquel, tous les matins depuis une semaine sur le chemin de l'école, je répétais trois fois très vite jésumarijosef en lachant le guidon et en levant les bras très haut.

J'avais néanmoins choisi l'option décontractée, me disant que dans ce milieu, surtout au Japon, c'était plus le genre, et malgré les conseils paternels qui, eux, préconisaient le costume avec force cirage de pompes, papilottes et noeud de cravate... Ah ah !

J'ai bien fait...

En arrivant, ne trouvant pas mon chemin dans le dédale de couloirs et de bureaux tous semblables, j'avisai un gaijin, qui de plus avait tout l'air d'être Français et en costume de surcroît. Me fiant à l'élégance toute formelle de son plumage, je pensai que notre oiseau était de ceux qui m'avaient fait venir. Grossière erreur... Lui même n'était pas plus renseigné que moi et il avait en fait plutôt l'air de chercher discrètement le moyen de correspondre à l'image que ses vêtements voulaient lui donner. Je le quittai sur un pincement au coeur, me disant que la bataille risquait peut-être de ne pas être si âpre si mes concurrents étaient éliminés avant même d'être partis. C'est dur la vie quand même... surtout pour les gens en costume !

Réorienté quelques minutes plus tard par un responsable en T-shirt et informé de ce que l'on attendait de moi, je me dirigai vers une salle vide, seul et résolu, serrant dans mes mains les documents sur lesquels reposait soit ma gloire, soit ben... comme avant quoi.

On vint me chercher vingt minutes plus tard. Dans la salle, une demie-douzaine de personnes alignées derrière une table très large. De l'autre côté, une chaise, pour moi. N'auraient été les sourires j'aurais pu me croire dans un endroit beaucoup moins prometteur...

(Petit sourire)
- Bonjour
- Bonjour x 6
(Pleins de petits sourires)

On me demanda de me présenter, en français et en japonais. De parler hindi aussi, un peu, histoire de voir si j'avais pas mis ça pour crâner sur mon CV. On me posa pleins de questions; normal me direz-vous, c'était un entretien. Pas de quoi fouetter un chat en somme. Puis on me demanda de lire un extrait d'un livre d'un mec très connu qui boit de la bière et qui trouve ça très bon, surtout au début. Ca tombait bien, j'avais soif.

Ensuite, je dus manger un bonbon, dire que c'était bon et puis dire que en fait non, j'avais mal au ventre. Je ne sais pas si c'était pour en avoir encore où parce qu'ils n'étaient pas convaincus de mes talents d'improvisateur, mais mes juges me demandèrent ensuite de ne pas savoir me servir d'un appareil photo dans un magasin d'électronique et de demander conseil au vendeur...

Trente minutes plus tard, on me raccompagnait à l'ascenseur.
J'étais content de l'atmosphère du lieu, d'avoir rencontré ces gens qui m'avaient mis en confiance, mais je repartai un peu perplexe quand même, ne sachant trop si le coup du bonbon, de la bière et de l'appareil digital allaient savoir jouer en ma faveur... On me dit que j'avais 4 chances sur 25...

Quelques jours avant Nöel -j'étais en France- je reçus un mail pour me dire qu' au terme d'une lutte acharnée et de débats passionnés j'avais été choisi !!

"Mais choisi pour quoi à la fin ??!", diront ceux de vous qui ne sont pas au courant ou qui n'ont pas deviné. Eh bien, choisi pour la télé !! Ah ah ! Pour présenter l'émission de français sur la NHK, la chaîne nationale japonaise à partir du mois d'avril !


Et je commence demain...

Posts les plus consultés de ce blog

Léon Spilliaert

Nouvelle Star !

Quand Veda s'évada