La beauté des couleurs de l'automne

"Akita, située au Nord du Japon sur l'ïle de Honshu, est une région réputée pour les couleurs de ses arbres en automne, en particulier les momiji, ou érables du Japon, dont les feuilles deviennent d'un rouge flamboyant en cette saison."
Ca avait l'air parfait...

En effet, autant qu'ils apprécient la beauté cotonneuse et fragile des sakura au printemps, les Japonais reprennent leur bâton de pèlerin avec enthousiasme en automne pour aller contempler des feuilles d'arbres. Il faut dire que le Japon et le Canada sont les deux seuls pays sur Terre où l'automne est aussi chatoyant... On allait pas rater ça... mais on a quand même failli !

Profitant d'une ristourne sur les billets d'avion, on avait décidé d'aller loin... Loin de Tokyo pour apprécier un Japon différent, loin des foules aveugles et des néons sonores, loin de la beauté néfaste des paysages urbains. En fait, on est allé tellement loin qu'il n'y avait plus grand chose...

Les jeunes doivent bien s'ennuyer à Akita, petite ville portuaire dont la principale fierté semble être le bâtiment moderne de la gare qui fait aussi office de forum culturel, d'épicerie, de Game Center et d'hôtel... Le bâtiment est joli, remarquez, et on peut sans doute apprécier l'effort de synthèse de la part de la mairie qui, dans un souci pratique, a sans doute voulu épargner à ses habitants des déplacements inutiles, mais du coup, sorti de la gare, on se retrouve dans un désert plat et grisailleux traversé de nationales.

Akita, une zone industrielle en bordure d'autoroute ! Ca, ce n'était pas spécifié dans la brochure... Pour l'instant les couleurs de l'automne tiraient plutôt sur le gris...


Ce qui n'était pas non plus spécifié dans la brochure, c'est que les forêts se situent en réalité assez loin de la ville. Cependant, l'employée de l'office de tourisme (qui, vous l'aurez deviné, se situe lui aussi dans la gare...), en voyant notre mine dubitative, nous a dit qu'il y avait un petit parc dans la ville dans lequel il y avait quelques arbres... Génial !

On a pris des cartes de la région, bien décidés à pas se laisser faire...

Le premier jour, on est allé un peu au nord, dans la péninsule de Oga, pour profiter des joies du Onsen. Après avoir passé le début de l'après-midi dans les transports, parce qu'il faut bien dire que les trains passent moins souvent à Akita qu'à Tokyo, on a trouvé un rotenburo, un Onsen en extérieur dans lequel on a barboté un moment.


On croyait avoir marqué un point en s'éloignant d'Akita, mais la topographie de la péninsule d'Oga est telle que si le sapin y pousse très bien, les momiji, eux, en sont absents. Et les sapins en automne, pour la couleur, c'est pas fameux...

On a donc dû regagner Akita pour repartir dans l'autre sens le lendemain. On est arrivé très tard, étant donné qu'il y a encore moins de trains le soir que dans la journée, et après avoir cherché plusieurs hôtels, qui étaient soit trop chers, soit complets, on a pensé à celui de la gare, évidemment !

Le lendemain, le premier bus nous a emmené à son terminus, en haut d'un petit parc naturel amménagé où les pépés et mémés japonais vont faire des étirements avant de jouer au mini golf le dimanche...

Ah ah ! A nous la nature sauvage et pittoresque des montagnes japonaises ! On avait enfin trouvé des arbres, dont une majestueuse forêt de sapins et quelques momiji pré-pubères.

On a vu de jolies feuilles dans la forêt et puis on est ressorti, parce qu'à l'intérieur d'une forêt, c'est toujours plus dur d'avoir une vue d'ensemble...

En sortant, on s'est aperçu qu'on se trouvait en fait sur des pistes de ski... Nature sauvage, quand tu nous tiens !

Posts les plus consultés de ce blog

Léon Spilliaert

Nouvelle Star !

Quand Veda s'évada